Les taux bancaires des crédits immobiliers selon les profils

La précarité de l’emploi, du fait de la crise sanitaire liée à la Covid-19, affecte le secteur bancaire, complexifiant l’octroi des crédits immobiliers. La diversité des profils, le troisième confinement et l’incertitude sur les activités économiques constituent quelques aspects rendant méfiants les banquiers.

Où en sont les taux et à quel profil prêtent les banques ?

Acheter un bien immobilier en ce mois d’avril n’est chose aisée pour personne. La variation du taux bancaire d’une banque à une autre rend le projet périlleux, suscitant moins d’engouement. Hélas, le taux moyen considéré toujours bas ne facilite guère la chose et varie néanmoins selon le profil de l’emprunteur. Estimé entre 0,88 % et 1,45 % en fonction de sa durée, ou d’un indice tel que l’Euribor par exemple, ce taux peut être aussi fixe ou variable

Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer, pense que cette variation de taux permet à certaines banques de reconstituer, d’une manière, leur marge et à d’autres d’attirer plus de clients et d’élargir leur cible. Cécile Roquelaure, porte-parole de Empruntis, de son côté, trouve plutôt que cette situation contraint les banques à jouer un vrai numéro d’équilibriste afin de pouvoir maintenir un rang meilleur. 

La crise sanitaire crée la rareté des emprunteurs. Le chômage partiel, les revenus faibles ou décroissants, le faible apport personnel, l’ancienneté professionnelle, la capacité d’endettement du fait du cumul de précédentes dettes toujours en cours, l’âge ou encore le risque d’accident d’invalidité sont, entre autres, les profils d’emprunteur d’aujourd’hui. 

Mais la banque peut-elle prêter à tous ces profils ?

À cette question, Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer, répondra oui, qu’il est possible de financier de pareils profils malgré le risque qu’ils présentent. Cependant, plusieurs autres critères entrent en jeu. On note l’analyse minutieuse du secteur d’activité dans lequel ils exercent, leur solvabilité, leur antériorité professionnelle… Plus précisément, plus le risque sera élevé, plus la banque proposera un taux d’intérêt élevé.

Toutefois, la banque ne pourra pas aller au-delà du taux maximum (taux d’usure) fixé par la banque de France. Il est actuellement plafonné à 2,52 % pour les prêts à taux fixe contractés pour une durée inférieure à 20 ans et 2,60 % pour les prêts à taux fixe contractés pour une durée supérieure ou égale à 20 % par la Banque de France. Point de panique, le taux est fixé en début de chaque trimestre par la banque de France.

Astuces : Pour mieux gérer son crédit immobilier dans cette période de crise sanitaire et économique, il est conseillé d’envisager un report ou une modulation des échéances sous conditions.

Lire également mon article sur le crowfunding immobilier.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.